Porc laqué croustillant, un plat original vietnamien

porc laque croustillant

Le porc laqué croustillant très savoureux.

Lire la suite

Publicité

Un festival de la gastronomie à Hanoï

Les Hanoïens et les touristes auront l’occasion de goûter différentes cuisines lors d’un festival de la gastronomie vendredi 16 et samedi 17 juin au parc Ly Thai Tô, dans l’arrondissement Hoàn Kiêm de la capitale vietnamienne. Lire la suite

Dao Thuc, berceau des marionnettes sur eau de 300 ans

Là où depuis trois cent ans, les artisans ruraux passionnés ne cessent d’insuffler une âme aux marionnettes qui se métamorphosent pour immortaliser les valeurs traditionnelles du village Đào Thục mais aussi des populations vietnamiennes.

Đào Thục est un village rattaché au district de Dong Anh, en banlieue nord de Hanoï, qui doit sa réputation à ses marionnettes sur eau. Le fondateur du métier est un certain Đào Đăng Khiêm, général sous la dynastie des Le postérieurs. A la demande de la population, la cour l’a promu au grade de génie et érigé une stèle en son honneur. C’était en 1735. Depuis, tous les ans, les villageois commémorent l’anniversaire de sa mort, le 24ème jour du deuxième mois lunaire. Hommage ô combien mérité: ses marionnettes sur eau sont devenues synonymes de prospérité.

village dao thuc marionnettes artiste

Les villageois de Đào Thục fabriquent eux-mêmes leurs marionnettes. Ces statuettes en bois mesurent de 30 à 40 cm et sont recouvertes d’une peinture résistant à l’eau.   Chaque marionnette est un personnage de conte populaire. Le répertoire traditionnel du village comprend une bonne vingtaine de numéros puisant leur origine dans les activités quotidiennes des agriculteurs (labour, repiquage du riz, gardiennage du buffle, pêche à la ligne…), dans les jeux populaires ou les vieilles légendes…

village dao thuc artisan.jpg

Son gagne-pain, sa passion

Đinh Hữu Tự est membre de la troupe populaire de marionnettes sur eau de Đào Thục depuis plus de 30 ans:  «Les marionnettes sur eau, je connais ça depuis que je suis tout petit. C’est un beau métier original transmis de génération en génération. Il faut apprendre geste par geste, d’abord sur terre puis dans l’eau. Durant la représentation, le marionnettiste doit écouter attentivement les paroles chantées sur terre, chacun de ses gestes devant correspondre au chant.»

village dao thuc marionnettes eau

La troupe de Đào Thục comprend une bonne trentaine de marionnettistes, le plus âgé ayant dépassé les 70 ans et le plus jeune étant encore au lycée. Elle se produit presque tous les jours. Mais le Nouvel an lunaire est bien sûr le moment où elle est le plus sollicitée. A partir du deuxième jour du Nouvel an, son agenda est carrément surchargé. Des touristes viennent de partout admirer ces fameuses marionnettes vieilles de 300 ans. Cet engouement qui ne s’est jamais démenti est un facteur encourageant les jeunes villageois à continuer de suivre le métier de leurs ancêtres. Đinh Hoàng Vân est marionnettiste depuis l’âge de 15 ans:

«Depuis ma plus tendre enfance, j’aime les marionnettes sur eau, un métier légué par nos ancêtres. Les spectateurs adorent les vieux numéros montrant un héros combattre un tigre ou un python géant…»

village dao thuc marionnettes seance.jpg

Mais les spectateurs ne viennent pas seulement pour voir les marionnettes. Ils adorent aussi s’imprégner de cette ambiance rurale authentique créée par les chants traditionnels accompagnant chaque numéro. Afin de répondre aux sentiments chaleureux du public, les marionnettistes de Dao Thuc s’efforcent sans cesse de se renouveler, affirme Ngo Minh Phong, chef de la troupe: «Notre troupe villageoise bénéficie d’un grand soutien de la part des autorités locales. Nous allons recruter de nouveaux talents et prêter une plus grande attention à la formation d’une relève performante. Des jeunes dynamiques qui maîtrisent l’informatique contribueront à mieux faire connaître notre troupe auprès du grand public.»

Les villageois de Dao Thuc tiennent à leurs marionnettes comme à la prunelle de leurs yeux. Dans certaines familles, les secrets du métier sont transmis depuis cinq générations. La remède est simple, c’est en valorisant la tradition que Dao Thuc s’enrichit culturellement et matériellement.

Source : CVN

>> Avez envie de savourer une scène de marionnettes sur eau à Hanoi? Voici une bonne adresse pour vous, pas loin du vieux quartier de Hanoi : Le théâtre de marionnettes sur l’eau Thang Long

 

Bientôt l’ouverture de l’Opéra de Hanoï au visiteurs

À partir de juin 2017, l’Opéra de Hanoï, vestige national historique et architectural, ouvrira ses portes aux touristes qui souhaitent découvrir ses riches valeurs en termes d’histoire, d’architecture et d’art.

opera hanoi vietnam

Deux programmes sont proposés : découverte de l’Opéra et découverte de l’Opéra et ​des arts de la scène. Avec cette activité, la ville de Hanoï entend diversifier ses produits touristiques et connecter l’Opéra de Hanoï à ses rues piétonnes.

Mis en chantier en 1911 et achevé dix ans plus tard, l’Opéra de Hanoi est un ouvrage architectural d’envergure et spécifique, contribuant à la mise en valeur de la beauté de la capitale durant la première moitié du XXe siècle. Il est également un témoin sacré d’importants événements historiques de Hanoi et du peuple du Vietnam, comme l’un des lieux préférés des Vietnamiens à l’occasion des grandes fêtes du pays. Ici, plusieurs programmes artistiques classiques, rencontres et échanges d’amitié entre le peuple vietnamien avec les amis étrangers ont été organisés, contribuant ​notablement au développement des échanges culturels et à l’intégration du pays au monde par l’intermédiaire des arts.

opera hanoi presentation.jpg

L’Opéra de Hanoi, sis au 1, rue Tràng Tiên, est en plein cœur de la capitale. Il accueille depuis maintenant un siècle de grands opéras et ballets vietnamiens comme étrangers. Sa construction – et l’histoire le prouve – aura initié une première intégration de la culture et des arts du Vietnam au monde.

ouverture opera hanoi vietnam.jpg

Sur le plan purement architectural, cet édifice fait partie des 20 opéras les plus réputés du globe. Bien qu’il ait été bâti après bien d’autres, son architecture très particulière fait qu’il ne ressemble à aucun autre opéra. Il tient une place importante dans l’architecture urbaine de Hanoi de la première moitié du XXe siècle. Et il continue de jouer un rôle primordial dans le rayonnement de la culture vietnamienne contemporaine.

>> Hanoi signifie bien d’autres sites aussi charmants qu’intéressante à découvrir. N’oubliez pas les suggestions d’un expert spécialisé en voyage sur mesure au Vietnam en jetant un coup d’œil sur la question « Que faire en une journée à Hanoi?

Source : NDEL/VNA

Une Hollandaise se fait séduire par les ambulants dans la rue de Hanoi

Les choses toutes humbles qui nous entourent à redécouvrir en parcourant des images familières de la rue vietnamienne sous le regard de Loes Heerink

Une attente coûtant des heures sur un pont pour profiter des clichés des vendeurs passant la rue, ce n’est pas rare pour Loes Heerink, une photographe hollandaise. Les fruits d’une telle patience, vont entre autre, sortir dans son prochain livre album.

Une attente coûtant des heures sur un pont pour profiter des clichés des vendeurs passant la rue, ce n’est pas rare pour Loes Heerink, une photographe hollandaise. Les fruits d’une telle patience, vont entre autre, sortir dans son prochain livre album.

Lire la suite

Le com bui ou cantine de rue

le-com-buiLe vocabulaire des Hanoïens s’est enrichi d’un nouveau terme : com bui qui signifie littéralement riz-poussière. Il s’agit en fait de «bouis-bouis» proposant du riz accompagné d’un vaste choix de viandes, légumes, etc.

Qu’est ce que c’est le com bui ? Il s’agit de repas modiques pris dans les gargottes improvisées, constituées souvent de tables et d’escabeaux de bois blanc qui n’ont pas fini d’envahir les trottoirs maintenant que le gouvernement encourage l’entreprise privée. Il paraît que ces «restaurants populaires» (quan com binh dân) sont nés il y a belle lurette dans le Saigon des prolétaires et qu’il en existait aussi – pas beaucoup – dans des quartiers pauvres de Hanoï.

Mais ils n’étaient pas fréquentés comme c’est le cas actuel par des gens de la classe moyenne : fonctionnaires, employés, étudiants, principalement à midi. L’apparition de ces «fast food» hanoïens est un phénomène social digne d’être remarqué. Révélateur des temps, il traduit un changement dans les mœurs familiales urbaines.

Pourquoi le nom com bui ?

Dans l’ancienne tradition, le repas en famille est chose sacrée. À cause des évacuations de la population au cours des deux longues guerres de résistance, du régime de travail continu pendant toute la journée avec une courte pause à midi, le déjeuner n’est pas souvent pris en famille. Au bureau ou à l’usine, on mange à la cantine, ou on apporte avec soi une gamelle avec sa ration. L’habitude de venir déjeuner dans les com bui pour les gens de la classe moyenne indique une démocratisation de l’étiquette en même temps qu’une certaine amélioration de leurs moyens financiers. Bien que proposés pour une somme relativement modique, ces «repas-poussière» sont quand même plus chers que la gamelle préparée par la maîtresse de famille.

Pourquoi le nom com bui ? Au Sud, pendant la guerre américaine, il y avait des centaines de milliers de petits vagabonds qu’on appelait bui doi (poussière de la vie). Ces enfants sans feu ni lieu mangeaient dans des gargottes minables, s’ils en avaient la possibilité. Le substantif bui (poussière) est devenu un adjectif pour dire «vagabond, marginal». De là, le mot com bui pour désigner les restaurants populaires est apparu (le riz était le substrat de chaque repas et le mot repas se traduit simplement par bua com ou com. An com (manger du riz) signifie prendre un repas).

Source: TITC

Les estampes de Hang Trong

les-estampes-de-hang-trongHang Trong est une rue de l’ancien quartier de Hanoï qui abrite une maison communale pas comme les autres. C’est là qu’autrefois, à l’occasion du Nouvel An lunaire, les artisans qui produisaient des estampes vendaient leurs œuvres. Lire la suite

Les estampes de Kim Hoang

les-estampes-de-kim-hoangKim Hoang est un village rattaché au district de Hoai Duc, en banlieue ouest de Hanoï, qui a donné son nom à un style d’estampe original. Imprimées sur du papier rouge, ces images folkloriques ont connu leur apogée aux 18ème et 19ème siècles. Lire la suite