Le dù kê des Khmers du Sud

le-du-keLe dù kê est une forme de théâtre chanté propre aux Khmers du Sud du Vietnam. Il est né au début du 19ème siècle, héritant d’autres formes artistiques académiques et folkloriques de la région. C’est un produit de l’interférence culturelle entre les différents peuples habitant dans le delta du Mékong.

L’origine du dù kê reste controversée, mais tous les chercheurs admettent qu’il est né dans le delta du Mékong et qu’il a été fortement influencé par le théâtre classique des Hoa (qui sont des Chinois vivant au Vietnam) et par le théâtre rénové des Kinh, qui sont majoritaires au pays. Le compositeur Son Luong, vice-président de l’association des arts et des lettres des minorités ethniques du Vietnam, a chapeauté un ouvrage d’études portant sur le dù kê dans la province de Soc Trang : « Le dù kê est un produit culturel créé par les Khmers du Sud qui sont étroitement liés à deux autres ethnies, les Kinh et les Hoa. Nous tenons absolument à le préserver et à le valoriser. Les valeurs culturelles et spirituelles sont irremplaçables. En perdant sa culture, la nation n’a plus rien. »

Les auteurs du dù kê l’ont exporté au Cambodge où il a rencontré un franc succès, à tel point qu’il est devenu aujourd’hui une forme de théâtre prisée dans ce pays. Les fondateurs de plusieurs troupes de dù kê au Cambodge viennent des provinces de Soc Trang ou Tra Vinh, du Vietnam. Mais les Cambodgiens semblent préférer les troupes venues directement du Vietnam, que ce soient des troupes professionnelles ou tout simplement familiales. L’artiste émérite Kim Thinh, chef de la troupe artistique khmère Anh Binh Minh, de la province de Tra Vinh : « L’Etat nous a envoyés au Cambodge 13 fois depuis 1979. A chaque fois, le public nous réserve un accueil triomphal. Il nous est arrivé de nous produire devant plusieurs dizaines de milliers de personnes. »

Les Khmers tiennent vraiment à leur théâtre. Le premier festival de dù kê qui a eu lieu récemment dans la province de Tra Vinh a pu être préparé en un temps record. Il a suffi d’un appel et toutes les troupes ont rapidement trouvé leurs acteurs et leurs actrices pour monter leurs pièces.

Afin de répondre à la demande des localités qui comptent une importante population khmère, l’école culturelle et artistique de la province de Tra Vinh a ouvert sa première classe de formation d’acteurs de dù kê, avec 26 étudiants.

Le Thi My Ha, directrice de l’école a dit : « Le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme a élaboré des programmes d’enseignement pour l’ensemble du théâtre chanté traditionnel. Les cours de dù kê n’existent pas. Nous avons dû les créer nous-mêmes en combinant plusieurs disciplines. Les étudiants sont très motivés, passionnés et talentueux. La troupe Anh Binh Minh a proposé de les recruter. »

Un séminaire sur le dù kê des Khmers du Sud vient d’avoir lieu dans la province de Tra Vinh. Les scientifiques participants ont convenu d’élaborer un dossier dans l’espoir de voir cet art entrer au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Source: VNA/VOV

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s