Le papier traditionnel de l’ethnie H’mông

Le-papier-traditionnel-de-l'ethnie-H’mong

À l’heure actuelle, les papiers traditionnels des H’mông sont connus davantage grâce à leur valeur esthétique…

Depuis des lustres, l’ethnie H’mông est célèbre pour la fabrication de papiers qui ne sont pas utilisés pour l’impression de livres ou l’écriture, mais pour des activités religieuses. Ils servent en particulier d’offrandes aux ancêtres.

Le-papier-traditionnel-de-l'ethnie-H’mong5

Les papiers traditionnels sont utilisés pour décorer l’autel des Hmông pendant le Têt.

Les H’mông pensent qu’en utilisant des papiers fabriqués par eux-mêmes pour décorer l’autel et la maison aux occasions spéciales, telles que le Têt et festivals, leurs prières se concrétiseront.

Les H’mông utilisent différents matériaux naturels pour fabriquer ces papiers, notamment du jeune bambou giang. Les matériaux décident de la qualité, des couleurs, de la durabilité, du soyeux ou de la grossièreté des papiers.

Sùng A Pha, 49 ans, de la commune de Pà Co à Mai Châu, province de Hoà Binh, a confié : «Les H’mông pratiquent la papeterie depuis longtemps. Dans les derniers mois de l’année, nous allons souvent en forêt pour couper du bambou giang ». L’écorce est retirée, puis les tiges sont coupées en petits morceaux, qui sont bouillis une nuit. Ensuite, ils sont maintenus humides dans un endroit frais pendant un certain temps. Lorsqu’ils deviennent mous, ils sont écrasés au pilon jusqu’à ce que les fibres deviennent lisses et soyeuses. Celle-ci sont laissées à baigner dans de l’eau puis filtrées pour enlever les impuretés.

Le-papier-traditionnel-de-l'ethnie-H’mong1

Les H’mông retirent l’écorce des jeunes bambous giang.

Le-papier-traditionnel-de-l'ethnie-H’mong2

Après avoir bouilli les morceaux de jeunes bambous une nuit, les H’mông écrasent les fibres au pilon pour faire de la pâte à papier .

Le-papier-traditionnel-de-l'ethnie-H’mong3

Les fibres sont ensuite mélangées avec de l’eau puis filtrées pour enlever les résidus.

Le-papier-traditionnel-de-l'ethnie-H’mong4

Le mélange est versé dans le moule à papier.

Contrairement aux méthodes traditionnelles de fabrication de papiers d’autres groupes ethniques, les H’mông étalent une couche de tissu mince sur un support en bambou pour créer le moule à papier, qui doit être humide, avant de verser une couche très mince de poudre de papier. Un travail demandant de l’habileté et de la méticulosité dévolu aux femmes. Les beaux jours, les papiers sont secs en quatre heures.

À l’heure actuelle, la papeterie se développe fortement dans les hameaux de l’ethnie H’mông et attire beaucoup d’attention des autorités locales. Auparavant, les papiers étaient seulement utilisés par les villageois, mais ils sont maintenant vendus ailleurs.

«La papeterie est un de nos artisanats traditionnels. Afin de faire de belles feuilles, nous devons maîtriser toutes les techniques. Toutes les familles de notre hameau sont engagées dans la fabrication de papiers qui contribuent à améliorer leurs conditions de vie.», a partagé Sùng A Pha.

Source: VNP

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s