Ha Giang: Le plateau calcaire de Dông Van fait la fierté

dong-vanLe plateau calcaire de Dông Van est une des adresses réputées de la province de Hà Giang avec ses montagnes sans fin abritant d’innombrables cavernes et des orchidées de toutes couleurs.

Fin 2009, le Comité national de l’UNESCO du Vietnam a envoyé au siège de cette organisation à Paris un dossier de candidature pour que ce site soit classé dans la liste des parcs géologiques mondiaux.

La notion de parc géologique remonte à 1985 et désigne un ou plusieurs héritages naturels ayant des limites géologiques et administratives déterminées. À côté de leur intérêt géologique, ces sites possèdent également des valeurs en termes de paysage, de biodiversité, de culture, d’histoire et d’archéologie. Ces valeurs sont toutes examinées sans négliger le rôle de la communauté dans la préservation, l’exploitation et l’utilisation durables.

Depuis 1993, l’Institut de géologie relevant du ministère des Ressources naturelles et de l’Environnement, a collecté des données pour étudier et évaluer la situation de préservation des vestiges géologiques au Vietnam. Selon le Docteur Trân Tân Van, de l’Institut de géologie, le plateau rocailleux Dông Van résulte d’une longue évolution géologique, avec la présence des sédiments datant de l’ère Cambrien-Ordovicien (il y a 600 – 400 millions d’années), de Dévonien (il y a 390 – 360 millions d’années), de Carbo-Permien et de Trias (il y a 360 – 310 millions d’années). Le plateau Dông Van réunit encore plus de 20 paysages karstiques et un réseau de grottes et cavernes.

Perché à 1.250 m d’altitude, ce plateau calcaire, d’une superficie de quelque 600 km², est le plus étendu du pays. Aux yeux des scientifiques, le plateau de Dong Van est beau et mystérieux, mais en voie de désertification. La préservation de ses valeurs, tant naturelles que humaines, est une tâche urgente. La création d’un parc géologique sur la base d’une coopération vietnamo-belge est une bonne décision pour préserver ce patrimoine à la fois géologique, géomorphologique, paysager et humain, et de promouvoir des activités socio-économiques durables respectueuses du site.

Le plateau de Dông Van, un « chef-d’oeuvre » de la nature à l’extrême Nord du pays, comprend quatre districts : Quan Ba, Yên Minh, Dông Van et Mèo Vac. Cette région subit cependant la pénurie d’eau pendant six mois de l’année. Afin d’y remédier, certains lacs-réservoirs ont été construits.

Sous l’angle scientifique, Vu Cao Minh, de l’Institut de géologie, a affirmé que contenant 17 espèces fossiles, le plateau de pierre de Dông Van était une des régions calcaires exceptionnelles du Vietnam. Cette zone séduit les touristes ainsi que les scientifiques par ses valeurs naturelles et aussi culturelles.

Toujours d’après lui, le bourg de Dông Van, Lung Tao et le sommet Ma Pi Lèng contiennent plusieurs valeurs géologiques auxquelles les scientifiques, tant vietnamiens qu’étrangers, s’intéressent. La variété géologique et la bonne conservation des sédiments sont d’une grande valeur scientifique, selon Vu Cao Minh.

Depuis 2003, l’Institut de géologie, en collaboration avec les spéléologues belges, a entrepris un projet d’exploration des grottes du plateau de Dông Van. Après 5 ans de travaux, 20 grottes dans le district de Dông Van, 37 à Mèo Vac et 5 à Yên Minh ont été découvertes.

A Dong Van vivent 17 groupes ethniques, dont les Mông, Tày, Lô Lô, Pu Peo et Giay, qui ont créé une vraie vitalité et originalité. Ils ont conservé leurs us et coutumes ancestraux comme la fête de descente aux champs, la cérémonie de culte du nouveau riz, la fête du khen (instrument musical local que pratiquent les jeunes hommes)…

Le marché de Dong Van vaut le détour. Ce n’est pas seulement un lieu d’échange de produits mais aussi un lieu social où l’on se rencontre. Des jeunes hommes expriment leurs sentiments à travers les mélodies du khen alors que des jeunes filles en robes de brocart leur répondent en chantant. Couples et amis sont assis autour d’une grande marmite de Thang co (mélange cuit à base de boeuf, porc, cheval et buffle) et boivent de l’alcool de maïs.

Le marché de l’amour de Khau Vai, unique au Vietnam, mérite aussi une mention particulière. Il a lieu une fois par an, le 27e jour du 3e mois lunaire, dans la commune de Khau Vai, district de Meo Vac. Ce marché est devenu une destination attrayante pour les visiteurs nationaux mais aussi étrangers.

Sur le plateau, les pierres affleurent partout, et servent à la construction des maisons, des lits, des écuries, de certains outils. La plus belle des maisons est celle des Mong entourée de murs en pierre.

La vieille ville de Dong Van a la forme d’un arc qui s’étend sur plusieurs kilomètres. La maison est de style architectural montagnard, avec le plancher en pierre, les murs en terre et le toit recouvert de tuiles yin et yang. Les gens sont optimistes malgré une vie dure. Pour cultiver le maïs sur les pentes rocheuses et escarpées, ils doivent transporter de la terre dans des paniers et la déposer entre les rochers, avant de semer les graines.

Dông Van, dont les paysages sont aussi bien poétiques que grandioses a par ailleurs un hiver marqué avec un mercure qui descend jusqu’à 1°C et un été frais (24°C en moyenne).

Parmi les fruits, les spécialités locales sont prune, pêche, poire, kaki sans pépin et surtout pomme. La pomme de Dông Van est la meilleure du Vietnam. Quasiment aussi grande que la poire, avec une chair épaisse bien sucrée et de petits pépins, elle a une saveur agréable. Dông Van est aussi un bon lieu pour récolter des plantes médicinales, telles que pseudo-ginseng, anis, cannelle….

Autres hauts lieux de Dông Van : le palais du roi des H’Mông, l’ancien quartier et un marché construit en pierre datant des centaines d’années. Particulièrement, le sommet de Ma Pi Lèng est couvert de nuages blancs toute l’année. En contrebas, la rivière Nho Que serpente comme un ruban de soie entre des falaises hautes de 800 à 1000 m.

Ces dernières années, le plateau de Dông Van a accueilli davantage de touristes. Le district du même nom a décidé d’injecter 400 millions de dôngs pour rénover la tour de drapeau sur le sommet de Lung Cu, le palais du roi des H’Mông, le village culturel des Lô Lô, etc.

Avec ses paysages beaux et vierges, les valeurs culturelles traditionnelles des ethnies minoritaires, le plateau de Dông Van en particulier et la province de Hà Giang en général sont des destinations attrayantes pour les Vietnamiens ainsi que pour les étrangers. De plus, les grottes de cette région pourraient devenir de hauts lieux pour les aventuriers.

La province de Hà Giang se trouve à la plus haute latitude du pays. Elle est entourée par les provinces de Cao Bang, Yên Bai, Lào Cai et Tuyên Quang, et partage la frontière avec la Chine au Nord. Cette région est idéale pour faire des trekkings et découvrir les particularismes culturels des ethnies montagnardes.

Source: VNA

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s