Le col Ô Quy Hô

le-col-o-quy-hoLe col d’Ô Quy Hô (aussi appelé « Porc du Ciel ») –  c’est le roi des cols du Nord-Ouest du Vietnam . la frontière entre deux provinces de Lai Chau et de Lao Cai, à 2.000 mètres d’altitude, il n’est pas favorable pour la circulation avec ses courbes sans cesse.

Depuis quelques années, le col d’Ô Quy Hồ est la destination de nombreux touristes, en particulier les touristes européens grâce à son paysage unique de la région « porte du Ciel de Hoang Lien ». La hauteur, le danger, et la longueur du col d’Ô Quy Hồ l’a rendu renommer comme « rois des cols » du nord ouest vietnam

La route du col d’Ô Quy Hồ est sinueuse et appartient à l’autoroute 4D dont deux tiers situé dans le district de Tam Duong, Lai Châu et Sapa, Lao Cai. Il est col tienne le record de la longueur parmi les cols du Nord-Ouest, avec plus de 50 kilomètres de long, plus long que le col de Pha Din (32 kilomètres de long, situé entre les provinces de Son La et de Dien Bien Phu ) ou le col de Khau Pha (province de Yên Bai, près de 40 kilomètres de long).

Les voyageurs peuvent conquérir le col d’Ô Quy Hồ depuis deux côtés: l’un depuis la route Tam Duong (province de Lai Châu) et l’autre depuis Sa pa Vietnam (province de Lao Cai). Quel que soit le chemin, le col apporte les émotions exceptionnelles aux voyageurs. Un paysage grandiose se présente sous vos yeux : les montagnes très hautes avec des racines enchevêtrées, les nuages couvrent les montagnes ou les vallées vous rendent vous sentir flotter dans une mer de nuages.

Après environ 5 kilomètres depuis la « route des chayotes », vous arriverez à la chute d’eau d’Argent, un site touristique de Sapa. De là, la route était de plus en plus sinueuse et est vraiment devenue un obstacle pour ceux qui n’avaient que l’habitude de conduire sur les chemins plats.

Du sommet du col (ou porte du ciel), c’était la chaîne de Hoang Lien Son, les hautes montagnes s’étendaient sans cesse. Le plus élevé c’était le mont de Fansipan qui est nommé comme le toit de l’Indochine. Chaque nuage qui passait, couvrait les montagnes. Les routes étaient sinueuses comme un ruban de soie, se sont cachées sous les montagnes, les forêts. Lors que ce chemin n’avait pas encore été élargi, la circulation était très difficile. Il y avait des parties où la route était 2 mètres de large, un côté – des montagnes et l’autre côté, des gouffres très profondes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s