Les estampes du village de Sinh

les-estampes-du-village-de-sinhSitué à 9km à l’est de Hue, le village de Sinh est le berceau des estampes rituelles typiques de la région centrale de Thua Thien-Hue. Quels sont leurs secrets?

Pour ce qui est de la notoriété, le village de Sinh n’a rien à envier à Dong Ho, son homologue du Nord. Mais si les estampes de Dong Ho décrivent la vie de la population du delta du fleuve Rouge dans ce qu’elle a de plus profane, celles de Sinh appartiennent, elles, au registre du sacré. Nguyen Van Tien, un habitant de la province de Thua Thien-Hue :

«Les estampes de Sinh font partie intégrante de la vie spirituelle des Huéens. En les arborant sur l’autel des ancêtres, ils se sentent rassurés et fiers d’être proches du monde sacré qui peut finalement être en harmonie avec le leur.»

Les sujets des estampes du village de Sinh peuvent être des personnes, des objets ou des animaux. Les personnes sont soit des effigies représentant les membres de la famille soit leurs anges gardiens. Ces estampes sont accrochées au mur et brûlées à la fin d’une année. Les objets représentés sont des habits ou des armes. Les animaux se déclinent en trois catégories : les douze signes du zodiaque chinois pour bénir les membres de la famille ; les animaux domestiques pour les protéger des épidémies ; et les animaux sacrés tels que l’éléphant et le tigre, pour les éloigner des hommes. Nguyen Thi Thu Hoa, collectionneuse d’estampes populaires :

«Les estampes de Sinh sont en fait des effigies sacralisées que les habitants du Centre vénèrent comme leurs anges gardiens. Cette habitude serait née lorsqu’ils s’y sont installés pour la première fois. Dans des conditions difficiles, on s’en remet aux divinités.»

Les estampes de Sinh sont réalisées suivant la même technique et les mêmes matériaux que celles de Dong Ho et de Hang Trong au Nord. La confection est également identique: gravure sur planche, impression puis coloration.

Les couleurs utilisées sont naturelles et subissent un traitement pour conserver leur éclat, une fois imprimées, le plus longtemps possible. La technique d’impression est identique à celle utilisée pour les estampes de Hang Trong, la planche imprime les traits en noir et le dessin est complété et coloré ensuite. Nguyen Huu Phuoc, un artisan de Sinh :

«La fabrication des couleurs est le travail le plus difficile. Les estampes de Sinh ont cinq couleurs principales qui correspondant à cinq étapes de production. Il faut attendre qu’une couleur sèche pour en ajouter une autre. La production d’une estampe se décline en sept étapes, il y a aussi la coupure du papier et l’impression.»

Le pinceau utilisé par les estampistes de Sinh est fait dans la racine d’ananas. Tout vient de la nature pour s’attirer les faveurs de la nature, les estampes de Sinh continuent d’occuper une place prépondérante dans la vie spirituelle des Huéens.

Source: VOV5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s